Entraînement Course à pied

Triathlon Brin d'Amour

Triathlon Brin d'Amour

Distance M (1,5/40/10km)

04/06/2017

Contexte:
Il est temps de passer à la distance au dessus. Un triathlon distance olympique, avec 1500 mètres de nage, 40 kilomètres de vélo et 10 kilomètres à pied. Week-end de Pentecôte et donc idéal pour placer un triathlon, surtout que le dimanche après midi quand il faut 2h de route pour rentrer en plus et reprise du boulot le lundi, pas top. Là le lundi est férié (enfin rtt imposé surtout), du coup c'est parfait!
Après celui de la vallée de l'Iton j'ai donc eu un petit mois de préparation.

Jour J:
Réveil tranquillou. Départ à 14h et 2h de route, sac fait la veille, mais que je vérifie quand même. Au menu du petit déj, céréales, tartines avec pain de la veille et gatosport Viteffort. Préparations des sandwichs pour le midi et place au chargement de la voiture. Départ à 10h comme convenu. J'ai préféré passer par les nationales, C'était sympa. Petite pause pipi juste avant d'arriver sur le site. Sur place, un grand parking juste à côté du site, c'est un gros plus! Du coup, je retire mon dossard rapidement, petite casquette au couleur du triathlon (rose), qui ira à merveille à ma petite supportrice. Petit repas sur la plage de la base et je retourne commencer à me préparer. Dossard, étiquette sur le vélo, puce et c'est tout. Parc à vélo, dans la première vague d'arrivants. Je sors tout du sac et prépare. Attention au côté des chaussures (gauche/droite)! À desserrer les scratchs. Tout est bon, je peux aller faire encore un pipi. De retour, j'enfile le bas de ma combi et retrouve mes supportrices (filles, femme et maman qui ont fait le deplacement). On discute en attendant le briefing. Enfin le briefing, je pourrai en savoir plus sur le parcours natation qui n'était indiqué nul part... l'arbitre nous parle des bouées, mais on en voit que deux... la première à droite, les autres à gauche et dernière à droite... bref, j'ai pas tout compris, comme beaucoup!
Bises à ma femme et je vais tater l'eau. Elle est chaude, 23 degrés j'ai entendu. Je nage un peu, ma combi ok, mais la puce doit être resserrer. Départ dans l'eau, je me place vers le milieu, trop de monde sur le droite... on attend un peu, le temps de me retourner, ça va, juste 2 gars derrière qui devrait partir comme moi.

La course:
Natation:
Le coup de départ retentit, c'est parti ! Bien positionner, je m'élance gentiment. Pourtant je me fais bousculer et prends des coups... Les gars qui étaient derrière partent fort, on aurait dit qu'ils ne voulaient que "bastonner"... bon on se reconcentre, et on vise la bouée d'en face. Petit regard derrière, personne... outch ça fait mal... regard à droite au loin, c'est bon le peloton est plus loin. Première bouée, ça se resserre et il y a du monde, je prends l'intérieur par obligation mais ne me fait pas nager dessus, ouf! La suivante... là c'est la grande question. Où allez? Je suis le monde, et lève la tête assez fréquemment. Je la distingue à peine... le rythme est là, et je ressens que je suis lent, la fréquence des bras n'est pas assez élevée,  c'est à mon avis ce qu'il faut que je travaille et pourquoi pas apprendre à nager en 3 temps. Il n'y a pas trop de monde, donc on a la place de nager tranquillement. Deuxième bouée passé, la suivante j'avais un peu repérer avec les filles et je commence à comprendre le parcours. Il était temps! Il n'y a pas grand chose à rajouter sur cette partie. Sur la fin, l'arche me parut loin... et pourtant mes mains commence à toucher le fond... tout mou... ce que je déteste. Je nage jusqu'au plus près. Et me met debout doucement. Ça va, la tête est là mais je suis affecté par cette natation. J'enlève le haut de la combi sans problème cette fois.
Temps natation: 37min35

T1:
Je repère bien mon emplacement, je suis encore lucide, de toute façon avec tous ces vélos en moins c'est beaucoup plus facile de le voir de loin. Mon voisin est aussi en train de se changer, je crois qu'on a fait la natation pas très loin. hop hop plus de combi, lunette casque, ceinture porte dossard et la compote qu'il faut que je prenne sur le vélo. j’attrape mon vélo et je me dirige dans le sens opposé.  Après je ne sais plus où aller, mais les bénévoles m'indiquent assez bien, et je reçois des encouragements qui font bien plaisir de leur part au niveau du ravito final. je passe sous l'arche, puis après aucune vrai info... est-ce que je peux monter sur le vélo, est-ce qu'il faut aller jusqu'à la route... Aucune idée, mais dans le doute, je préfère ne pas avoir de soucis donc je continu en courant. La route, enfin! C'était long, hop je saute sur le vélo, les pieds dans les chaussures.

Vélo:
Je serre mes scratch, et commence à rouler fort pour me donner du rythme. L'objectif est clair, tenté le trente de moyenne sur ces quarante kilomètres. Terrain que j'avais repéré plat, donc faisable. Un bénévole me lance "n'oublie pas de boire! Il fait chaud!", c'est vrai qu'on sort de l'eau et qu'on y pense pas forcément. Hop une petite gorgée de chaque bidon. J'appuie et je guette le compteur, objectif le garder avec 31/32 d'afficher. Sauf que ça commence mal, ce que j'avais cru plat est en fait un faux plat montant sur le début. Je gère, tout en me disant que si on monte... forcément on redescendra après. La route est de bonne qualité et être sur les prolongateurs est un plaisir. Petit problème néanmoins, mon équilibre est moyen, et je manque par deux fois de me retrouver dans le fossé... sans doute la natation qui m'a entamé. Je roule bien, J'arrive à rattraper des concurrents, certains avec des guidons de vtt... passage en forêt, on ressent la fraîcheur. La boucle se termine et j'entame le deuxième tour. Je suis content, je n'ai pas vu le premier me prendre un tour. J'en profite pour manger un peu, une compote de Punch Power. Produit que j'apprécie à vélo par la simplicité d'utilisation et le goût. Ensuite difficile de me remettre en position aero, le bas du dos est douloureux et je dois faire quelques mouvements de dos pour calmer un peu. Je comprends pas, ce doit être la natation car à l'entraînement je peux rester un certain moment sans ressentir quoi que ce soit. Je m'en sors pas trop mal je pense car j'arrive quand même à appuyer sur les pédales. Fin de la boucle, je joue sur la vélocité, pas envie d'avoir de crampe avant les dix bornes, et bois un peu de chaque bidon. Je saute du vélo pieds nus comme j'ai l'habitude de le faire, là j'entend un enfant dire: " Ça doit faire mal pieds nus hein? "... bah quand tu es dans ta course, bizarrement non... donc le petit chemin sur 200-300 mètres. 
Temps vélo: 1h25min15s

T2:
J'arrive au parc... mince pleins de vélos. Et paf déconcentré je ne sais plus où est mon emplacement... regarde au sol les écritures, ma rangé, j'avance j'avance, mais je crois être trop loin. Puis non en fait. Du temps perdu bêtement... j'accroche le vélo, casque lunette en moins. Prends ma casquette et c'est parti

Course à pied:
Premières foulées sont bonnes. Ma mère est là et m'encourage. Ça fait plaisir. Plus loin ma femme et ma fille qui m'encourage, je suis reboosté ! Petit verre de coca au ravito. Il passera moyen. On longe la plage d'abord, puis on pénètre en forêt. Des sentiers vraiment sympa, malgré la pluie de la veille, les chemins étaient très praticables. Au niveau distance et chrono, j'aurai aucune notion car j'ai mis l'activité en pause pendant la transition, je n'aurai que la vitesse instantanée. On est plutôt nombreux, ça fait plaisir, ça veut dire que je ne suis pas vraiment à la ramasse du coup. 
Bon la plupart sont sur leurs deuxième tour, mais impossible de voir un signe distinctif. Passage à l'endroit où je m'étais arrêté pour le pipi, ça m'aura fait sourire. Un petit ravito qui fait plaisir. Gobelet d'eau mais toujours pas de gel car le coca m'a chambouler un peu. J'attends celui du deuxième tour. Je repars, tout va bien, toujours les chemins sympathique en forêt. Fin du premier tour, on arrive au niveau de l'arrivée vélo, les routes se séparent, ceux qui finissent, et ceux comme moi, qui leur reste un tour. Je m'aperçois que je ne suis pas seul sur cette dernière boucle, mais que ça devient dur aussi, les pieds commencent à chauffer dans les chaussures... Ravito de début de boucle, je prends mon gel boost Viteffort avec de l'eau. Premier coup de boost! Puis mes supportrices qui m'encourage et ma fille qui court vers moi, un bisous et je suis sur un nuage. C'est l'effet de dix gels d'un seul coup! Bon j'y retourne, faut pas que je me fasse trop doubler. Mes pieds me refont penser à la course, ils commencent à me piquer, et me rappel Enghien... Je vais encore les avoir dans un état à l'arrivée... Le sable/terre rentre dans la chaussure et amplifie un peu l'effet. J'essaye de garder le rythme, la tête est bien là, pas d'envie de marcher. L'allure par contre moyenne, la  plupart du temps je suis en 5'30/45 au kilomètre. Le parcours est vraiment agréable et on ne ressent pas la chaleur. Je me fais doubler une dernière fois et décide de ne pas le laisser filer, je reste à quinze/vingt mètres, et envisage de le repasser sur la fin. Fin du passage en forêt, on voit la route au loin, je commence à accélérer doucement, j'augmente l'allure petit à petit mais je reviens à peine sur lui... Il en fait de même... Mince, je m'accroche, il va bien lâcher... Et puis voilà qu'il a ses supportrices qui l'accompagnent, à cinquante mètre de l'arrivée. Bon je lâche l'affaire et le laisse savourer cette fin, tout comme je relâche et savoure aussi, le chrono visible affiche 3h01min47s... J'ai échoué de peu, mais réalise mon meilleur chrono sur cette distance.
Temps course à pied: 56min14s

Temps total:
3h01min53s   257eme/ 286 arrivants    36eme/38  Sénoir3 (30-35ans) Homme

Ravitaillement final, buffet plutôt long, pas trop (ou plus trop) de monde, mais encore pleins de gateaux, pompotes, verre d'eau, coca. Pas de souvenir de fruit par contre.
J'ai pu me reposer encore un peu sur la base, grignoter et tenter une sieste. Puis route du retour un dimanche veille de lundi de pentecôte très appréciable!

A retenir:
Une super organisation! Des bénévoles au top qui encouragent, conseillent et rigolent!
Un parcours très agréable pour ceux qui aiment la nature, l'étang est pas dégueu, le parcours vélo plat permet d'envoyé (pas vu le chateau par contre), et la course à pied en forêt sur chemin facile est des plus agréables.
Des pompotes au ravitaillement final, j'en ai pris une qui a fait du bien.
Le parking vraiment proche permet des va et vient très rapide à la voiture.
Les points que j'ai le moins apprécié sont au niveau de l'info du parcours natation, aucune infos sur le site, rien sur place et l'arbitre qui parle d'une première bouée et de suivante (alors qu'on en voit que deux)
La transition, entre la montée/descente vélo et le parc, il y a quand même une sacré distance. D'autant qu'on a l'impression de faire un détour...

Triathlon vallée de la vallée de l'Iton 2017

Triathlon de la vallée de l'Iton

Distance S (750m/25km/5km)

Contexte:
Début de saison triathlon, plusieurs choix s'offrait à moi. Lacanau d'abord avec les copains du club, mais finalement un peu loin pour juste 3 jours... Cepoy le week-end d'avant, mais l'eau très fraîche me rebute. Du coup je me suis orienté sur un triathlon distance S pas trop loin de la maison la semaine qui suivait (en espérant que l'eau chauffe un peu, en étang ça va vite)
Ce sera à La Bonneville sur Iton, en Normandie, à juste une heure de la maison.
L'entraînement ayant repris depuis janvier, et s'est bien accentué en avril, la préparation pour ce début de saison s'est donc bien déroulé. J'ai pu faire des sorties à vélo suffisement longue, j'ai repris un petit peu la piscine (seulement 2 séances depuis la reprise), et des courses à pied efficaces, avec un peu de fractionné.

J-1:
Travaux, travaux... Voilà ce qui résume les derniers week-end passé. Prépa du sac, du vélo, des ravitos et du ptit dej du lendemain. Ce sera le gatosport de chez Viteffort pour le matin, un compote Aptonia et une gourde remplie de boisson énergisante sur le vélo, un gel boost Viteffort à pied, pour la fin. Au niveau de la tenue, je prendrai ma veste de vélo, le temps et l'heure de départ fait qu'il fera un peu frais. Pour les runnings, retour à mes aniennes adidas boston; je ne me suis fais fais aux nike et les nouvelles adidas n'ont pas de laçage rapide. J'appréhende la température de l'eau, vu la température extérieur depuis quelques semaines... ça promet de ne pas être très haut... le soir petit check du parcours vélo, visualisation des virages ou autre sur street view.

Jour J:
Réveil 6h30, petit déj rapide, avec le gatosport Viteffort et quelques céréales. Départ vers 7h20, arrivée prévue une heure plus tard. Arrivé en famille pile à l'heure voulu, je pars chercher mon dossard avec mes affaires et mon vélo pour ne pas avoir à retourner à la voiture. Ce sera simple en dossard, un à mettre sur le vélo, l'autre à porter sur la ceinture. Pas de puce, ni de petit truc offert (t-shirt, manchette ou autre petit truc cadeau sur les courses...). Marquage bras et molet gauche classique maintenant. Et hop me voilà à ma place dans le parc à vélo.
Le parc à Vélo
Je me prépare tranquillement. Petite bise à mes supportrices avant d'enfiler la combi. Briefing plutôt simple, mais annonce de la température de l'eau à 14 degrés... Aie!
La préparation
Et direction le plan d'eau justement. Fermeture complète de la combi, et je suis le monde. Sauf que les gens vont se mettre à l'eau pour rejoindre la plage plus à gauche, j'irai à pied et ferait un plouf sur place. Effectivement elle est fraîche. Retour sur la berge et attente du départ. Les plus jeunes sur le Xs en premier, puis c'est à nous. Je suis placé à l'arrière, ma confiance est au plus bas, comme la motivation... l'attente est longue...


La course:
Natation:
La corde se lève, les premiers foncent dans l'eau... Moi, en fin de peloton, l'envie n'est pas présente. J'y vais quand même. J'attends ça depuis fin septembre, l'eau me glace les mains, puis les pieds, ça va être au tour de la tête, et ça pique bien!
Départ natation
Pas le choix, on y va, or de question de faire demi tour... Après deux cent mètres de remous avec les algues et la vase qui remonte, on commence à être un peu plus tranquille. Parti dans la fin, sur le côté gauche, je prends quand même des coups, et n'en donne quasiment pas... (je me demande d'ailleurs si certains n'exagère pas un peu et en profite pour donner des petites tapes... je regarde un peu derrière, je suis vraiment sur la fin... ça nage plutôt fort! Impossible de trouver un rythme dans ce froid, j'alterne crawl polo et crawl "classique", mais les sensations ne sont pas du tout au rendez vous, aucune glisse. Je galère pas mal, mais on est déjà au niveau de l'île qu'il faut un peu contourner. La bouée est désormais visible. À son niveau pas trop de bataille, mais je force pour pas me faire monter dessus, petit coup d'oeil derrière, ça va, je ne suis pas tout à la fin. La prochaine n'est pas loin non plus, par contre ça sent pas bon... l'eau est vaseuse, et sur un coup de brasse mon pied touche le sol (de quoi me motiver à ne plus brasser). Hâte d'en finir. Mais le rythme commence à être là, le froid ne me saisi plus, et après la bouée, je peux nager sans changer de nage tout le temps. Au passage, entendu un mec se faire reprendre par un kayak parce qu'il avait coupé... J'aperçois enfin la sortie d'eau, et en profite pour battre un peu plus des pieds. La sortie est compliqué, la tête tourne, et le froid fait que je sens un peu moins mes pieds et mains. Mais j'arrive sur la moquette et sa va mieux. Coucou à Katya et ma fille que je rassure et file vers le vélo. 
Je galère à ouvrir ma combi (j'aurai dû m'entraîner à ça aussi...), mais hop on l'enlève, enfilage de veste, casque, lunette, la compote dans la poche, dossard, on attrape le vélo et direction le parcours. 
Temps nat+t1: 19min56s  152eme/182 Homme

Vélo :
Comme dhab sur la ligne 2 vélos arrêtés le temps de chausser, du coup je double saute sur mon vélo et va pour mettre mes chaussures... non c'est pas possible! La boulette! J'ai inversé mes chaussures de vélo... la gauche sur la pédale de droite et inversement... bon bah y a plus qu'à s'arrêter et chausser doucement. Je peste, mais je reste dans la course. Mes chaussures aux pieds, un spectateur ou bénévole m'encourage, ça me reconforte, j'ai froid, du coup je lance une blague en espérant avoir du chocolat chaud au ravito. Et c'est parti! Je rejoins le début du parcours, avec une mini rampe. Une fois sur la route les jambes tournent mais restent froident. Je me mettrai rapidement sur les prolongateurs, les routes sont agréables. La montée arrive, plus pentu que ce queje pensais. Je repasse sur le petit plateau, toujours un peu de monde, mais malgré que j'appuie pas trop mal sur les pédales, je ne double pas... Une fois en haut, je prends ma "compote" et passe en mode légère recup de la montée. Une fois bien remis, ça redescend léger de quoi remettre du braquet et tenter le mode pacman. J'arrive à dépasser les 30km/h sans trop de problème, je me sens beaucoup mieux, réchauffé. Mais une voiture me double avec un girophare, puis le premier qui me met un tour... une fusée! D'autant plus qu'on arrive dans une descente et qu'il y a une partie ville avec ralentisseurs... impressionnant! Bon de mon côté je termine le premier tour. Il y a du monde sur le bord de la route, ça donne des ailes et j'appuie à fond sur les pédales ! Le deuxième tour se passera mieux, je relancerai en haut de la côte et pourrait mieux négocier la descente la connaissant un peu plus. D'ailleurs sur strava, je fais un meilleur deuxième tour que le premier. J'arrive au niveau de la rampe descendante avec un pied déjà déchaussé, et déchausse le suivant juste après. Descente de vélo sur la ligne, pieds nus pour aller poser le vélo. Casque lunette retiré, j'enlève aussi la veste pour pas avoir chaud et prends ma casquette pour que ma chérie puisse me reconnaître facilement de loin (pas besoin sinon car pas de soleil).
Temps vélo+t2: 55min21s  153eme/182 homme.  (moyenne à 27,3km/h d'après Strava)

Course à pied:
Je pars vite, mais essaye d'en garder un peu quand même. Un petit gobelet d'eau sera le bienvenue, mais je n'ai pas pris mon gel. Je conserve une allure entre 4'45 et 5' au kilomètre, J'arrive même à doubler encore quelques concurrents, ce qui me reconforte beaucoup car depuis le duathlon de Meaux je n'avais pas refait d'épreuve enchaînée. À la fin du premier tour, je cherche du regard ma femme et ma fille, mais ne les trouves pas... Dommage. Avant le ravito je sors mon gel boost, et le prend en même temps que le verre d'eau, Ça m'oblige à marcher mais je repars pour me caler derrière un concurrent que j'avais repéré. Une fois le rythme retrouver j'essai de rester sous les 5min au kilomètre pour faire un temps correct. Je pense que ça coincera à un moment, et pourtant non, au dernier kilomètre j'en ai encore et peux, dans la petite montée, garder un bon rythme pour ne pas perdre ma place et essayer de rattraper le gars devant. Rampe d'accès au site et approche de la ligne d'arrivée, j'essaye encore d'accélérer mais trop loin pour le rattraper, pas grand monde derrière, du coup je ralenti et profite des derniers mètres. 
Temps course: 24min17s  148eme/182 homme  (moyenne de 4'51/km ou 12,4km/)

Bilan:
Temps total: 1h39min33s  et  159eme sur 182 hommes.
Plutôt positif avec le recul. J'étais content de moi la ligne franchie, moins vu le classement...
La natation était le plus dur, reprise de saison, température fraiche, étang plutôt vaseux et seulement 2 séances de natation m'ont poussé à me mettre dans le fond.
Transitions bonnes, si on enlève l'épisode des chaussures c'était pas mal.
Vélo bien, j'ai pu bien tenir la position, pas de mal de dos comme ça peut arriver, pourtant pas le meilleur classement...
Bonne course à pied avec comme pour vélo, un meilleur deuxième tour. 

À refaire l'année prochaine 




Duathlon Meaux 2017

Duathlon de Meaux 19 mars 2017

Championnat de France de duathlon 

Distance 6,4km/24km/2,4km


Contexte:
Lors de la parution des épreuves fédérales sur le site de la FFTRI (Fédération Française de Triathlon), où le duathlon de Meaux a été sélectionné Championnat de France de duathlon courte distance, l'envie d'y aller était forte! Une épreuve faite par deux fois déjà (2014 et 2015), seulement le format de course annoncé au départ était un format M... soit environ 10km/40km/10km... Ce qui était un peu trop long vu le faible entrainement que j'avais courant décembre/janvier. Mais en janvier sur le site de l'épreuve, la distance était clairement annoncée, et serait (à peu près) comme les dernières fois où j'y suis allé. Au niveau entrainement, là ce fut un peu compliqué. Le temps (tic tac, pas la météo), la motivation, et surtout physiquement ça a été dur... Avec 7 et 8 heures d’entraînements en Janvier février, le volume est plutôt faible, mais j'ai essayé de faire de la qualité sur Home Trainer (mais la motivation est difficile...). J'ai pu m’entraîner en course à pied avec les groupes d'entrainement pour La Pisciacaise (prochaine épreuve), et aussi un groupe qui court de temps en temps la semaine (appelé La Cavalcade), ce qui permet d'être assez motivé de sortir, malgré la nuit hivernale. A partir de fin février par contre, j'ai commencé à enchaîner les petits bobos, petite grippe, gastro, sinusite (drôle de triathlon...), et donc les sorties se sont faites plus rare. On peut rajouter une sortie le vendredi soir  (quelle idée de faire un championnat de France 48h après la saint-patrick...). Je visionne quand même le parcours vélo la veille pour éviter les pièges. 
A une semaine de l'épreuve, je ne me sens pas du tout prêt, et je sais que je vais avoir du mal et finir dans le dernier quart. Mais l'important pour moi sera d'y prendre du plaisir et de lancer ma saison.

Jour J:
C'est seul que je prends la route, direction Meaux. J'arrive sur place vers 11h30-40, ce qui me laisse le temps de me préparer tranquillement. Je n'avais pas imprimé ma licence, mais ouf, avec le téléphone ça passe. Retour à la voiture et je m'habille. En fonction de la météo, j'avais prévu : collant long avec cuissard tri par dessus, et pour le haut, une sous couche manches longues, haut de tri et veste vélo. Vu le vent, et les températures prévu, je ne voulais pas avoir froid... Au niveau du vélo, j'ai longuement hésité à remettre mes pédales à sangles pour garder mes baskets, mais finalement j'ai pris mes chaussures de vélo. Installation dans le parc, mise en place des élastiques, et je pars m'échauffer (et petite pause pipi). Pendant l'échauffement, je chercherai un moyen de ranger mes clés de voiture pour ne pas entendre de "cling cling", et rangerait en trois morceaux.
Vers l'heure de départ je me rapproche des sas. On nous explique d'abord que l'on doit sortir, puis rentrer dans le sas correspondant aux numéros de dossard. Je serais dans le premier. Petit discour d'avant course. Et coup de pistolet qui m'a un peu surpris.

La course:
Cap1+T1:
Sur des duathlons, ça part toujours vite au début, donc je me suis positionner pas trop devant. La foulée est bonne, je me sens bien pour le moment. L'idée est d'aller vite, sans me cramer, difficile pour moi de me caler à la bonne allure. Je connais très bien le parcours, il n'a pas changé depuis 2014 (année de ma première participation), et donc je commence à savoir quand relancer et quand souffler un peu. Le premier tour se passe plutôt bien, mais j'ai un peu chaud... et commence à regretter d'être parti aussi habillé. Deuxième tour, ça devient un peu plus clairsemé, et j'ai eu l'impression d'être dans les dix derniers... je relache un peu avant d'arriver au parc, pense à bien respirer. Je retrouve mon vélo facilement, il n'y en avait plus beaucoup... j'enlève mes chaussures tout en mettant mon casque et mes lunttes, dossard tourné et zou! Direction la sortie.
Temps cap 32min47s et T1 1min35

Vélo :
Je n'ai pas osé sauter sur mon vélo comme j'ai su le faire... du coup ça a dû donner un truc pas très esthétique. J'enfile mes chaussures vélo qui étaient restées sur les pédales et pars en moulinant. Petit plateau, la côte est déjà là, et dans ma tête 2 choix me viennent, à bloc ou en souplesse... je crois que ma condition du moment à parler d'elle même et je suis monté les fesses posées sur la selle (sauf les 10m raide au petit rond point). Sortie de Meaux, faux plat descendant, mains sur les prolongateurs et on envoit! Le plaisir vient, mais je ne rattrape personne... le pont au dessus des voies sncf m'oblige à forcer et relancer. Je surveille mon nouveau jouet, qui est un petit compteur acheté cet hiver, et je peux donc réguler ma cadence, et me fixe entre 80 et 90 rpm comme à l'entraînement. Mes mollets commencent à me chatouiller, le gel antioxydant se fait necessaire, mais il sera trop tard... après la descente sur la petite route, et le demi tour, on grimpe, vent trois quart face, et là bim des crampes ! Gentille d'abord mais qui ont bien failli me faire tomber tant je n'avancais plus... je bois encore et encore. Et me fait doubler... le moral tombe. J'ai souffert dans cette côte de rien du tout, qu'est ce que ce sera dans la prochaine... heureusement un peu de plat, vent de dos, je peux souffler. Ça va mieux, mais j'arrive déjà sur la prochaine côte, j'avais oublié l'état de la route... au début ça va, mais rapidement les crampes reviennent, et je suis obligé de lever le pied ce qui est très frustrant. Je manque de tomber une nouvelle fois en finissant mon bidon (alors qu'il reste encore 5km de vélo...),  des bandes rugueuses non visible, une main sur le prolongateur, l'autre le bidon à la bouche. Le vélo vacille mais ne tombe pas ! On retourne dans Meaux, avec la descente où je peste encoreenvers les concurrents qui double en forçant, puis freine pour passer le virage tout à l'intérieur... bref, j'attaque dans la descente, mais ça secoue, et je me crispe. Retour sur la ligne, j'enlève mes chaussures, et va pour me préparer à descendre du vélo quand un gaillard décide de me doubler, mains sur ses prolongateurs, chaussures au pied... je le sens venir et çane manque pas, il se stop net sur la ligne, et va pour descendre tranquillou... moi, version facteur je le repasse, courant en chaussettes!
Temps vélo 1h01min14s (moi qui pensais faire moins d'une heure facile...)

T2+cap2:
Que de vélo dans ce parc! Et j'entends les premiers au micro. Rien à dire sur cette transition, je pars petite foulée d'abord, peur de faire revenir les crampes. Je m'arrête pour bien boire et repars sans mal. La côte finale est assez difficile après tants d'efforts, et le demi tour pour en descendre fait du bien! Le retour se fera en accélérant progressivement, mais pour doubler personne... j'arrive sur ma ligne plutôt déçu, mais j'ai tout donné et ne pouvais pas mieux faire je pense. Et puis l'arche d'arrivée est plutôt jolie.
Temps global: 14min18s

Bilan:
Temps total: 1h49min55s
Classé 21eme Senior 3 Homme (...bon sur 21...)
Négatif :
Sous entraîner, mauvaise gestion hydratation  (pas de bouteille avant la course, ou une petite flasque pendant) et vestimentaire  (trop chaud), running à changer, celle là ne me conviennent pas.
Positif:
C'est parti pour une nouvelle saison, toujours à l'aise à vélo et de mieux en mieux (virages, descentes, etc)

Prochain rdv dimanche prochain avec le Bike&run de Poissy

Chocotrail 2016


Choco trail Hardricourt

24km


Contexte:
Pour terminer l'année, j'avais repéré ce trail qui n'est pas très loin de la maison et dans un coin que je connais peu. Il y avait plusieurs distances proposées et j'hésitais entre le 12 et le 24km. N'ayant jamais été au delà des 21km, le 24 me faisait de l’œil, et surtout vu le prix d'inscription peu élevé pour une course à pied, je m'inscris ainsi que mon père. Nous serons donc sur mon troisième trail (nature) de l'année sur une distance un peu plus longue que d'habitude. Au niveau de l'entraînement, j'avais fais une coupure de 3 semaines après le bike&run de Plaisir, puis j'ai repris progressivement, un peu le vélo et la course à pied surtout sur sortie longue. Une des sorties  s'est faite à la station de trail de Bures-sur-yvette, sur un circuit sympa de 16km en passant par le viaduc des fauvettes. Et 2 semaines avant, la dernière sortie longue autour du golf de Joyenval entre forêt de saint-Germain et forêt de Marly.
Veille de course, je vais pour retirer les 2 dossards, étant donné que l'arrivée et le départ ne sont pas à proximité, c'était mieux de s'organiser comme ça. Je récupère donc les dossards, et 2 tours de cou plutôt sympa. Pour l'alimentation les jours précédents, aucune réel contrainte, hormis la boisson, pas d'alcool 3 jours avant et de l'eau gazeuse riche en sodium pour l'hydratation optimale. Réveil programmé pour 7h30, ça ne changera rien à mes habitudes.

Jour J:
Après une nuit de sommeil plus que moyenne (réveillé plusieurs fois, 1h, 3h, 6h), un mal de dos depuis la veille et un bout de peau qui fait comme une piqûre à chaque pose du pied au niveau du pouce, la matinée s'annonce compliquée... Mais avec les chaussettes cette dernière est oubliée. Petit dej à base de café et de gatosport que j'arriverai bien à manger (mais toujours pas terminé). Mon père passe me prendre et nous voilà sur la route. En arrivant vers le pont de Meulan on commence à chercher de la place, pas si simple, mais on a mis pas longtemps à en trouver une finalement. Changement de tenue et préparation à la voiture. Il ne fait pas chaud, 4 degrés à mes souvenirs et la température ne prévoit pas de grimper très haut non plus. Une fois prêt, nous nous dirigeons vers le lieu de départ. Beaucoup de monde éparpillé partout, beaucoup de femme (sans doute dû au chocolat à l'arrivée ^^ ). Un petit échauffement est proposé, mais je n'en fais pas parti, préférant repéré les premières allées. Ça va se resserrer rapidement, donc faut bien se positionner dès le départ. Donc dès la fin de l'échauffement, nous rejoignons la ligne de départ, et sommes assez bien placé. Petit briefing inaudible... enceintes positionnées vers les spectateurs et tout le monde qui discute, bof bof... nous n'en saurons pas d'avantage.
Et d'un coup, retentit le coup de pistolet du départ!

La course:
J'actionne illico ma montre, et commence à courir, c'est pas très rapide et me convient, on évite l'effet bouchon à l'entonnoir. Grosse ambiance, les concurrents des courses suivantes (13 & 8km) sont là, et en plus on part pour une petite boucle de 900 mètres environ pour repasser sur le lieu de départ. c'est très prenant ce monde sur le bord qui encourage. Puis retour au calme et on longe la seine par un petit chemin. Derrière ça plaisante, le rythme est pas trop mal, ce que je m'étais fixé, mon père est juste à côté. On quitte la seine, et c'est parti pour la première côte, qui sera longue en fait... Le premier ravitaillement est déjà là avec un replat, mais rien de solide à emporter pour manger plus tard, donc je ne m'arrête même pas. On arrive dans les champs, et on aperçoit les coureurs qui se suivent et serpente dans ces champs, sur la droite le brouillard par endroit, encore un peu bas, qui donne une impression presque surnaturel à la course. Quelques chevaux aussi en arrivant au 2eme ravitaillement, cette fois il y a des petits fruits à manger, type quart d'orange que je prendrai. La course se passe plutôt bien, le premier quart est passé, le paysage est beau, l'ambiance entre coureur est bien, mon père n'est pas très loin derrière, toujours à environ 100 mètres. Le terrain est plutôt sec, même si quelques passages un peu gras. Dans une descente, j'entends derrière de laisser la place à droite pour ceux du 13km, il sera seul a passer en tête et quelques centaines de mètres plus loin bifurcation à gauche pour le 24 et droite pour le 13. Après la forêt et les champs, on retourne dans un petit village du Vexin, et sur la place de la mairie, ravitaillement. Je m'arrête enfin un peu, et au menu 1 verre de coca, 2 morceaux  de banane et à mon grand bonheur, du saucisson!! Miam! Mon père reviendra à ma hauteur lorsque je repartirai, mais j'aurai toujours une allure légèrement supérieur. Retour sur un petit single très étroit, plutôt sympa mais tout le monde est à la file indienne sans pouvoir se dépasser, puis un "mur", plutôt raide, mais en marchant ça passe. Je me ferai doubler par un gars qui fera une petite vidéo du trail, pas percuté sur le coup, mais j'avais regardé 2 ou 3 fois sa vidéo du trail de l'année dernière. Après les petites boucles ici et là autour du village, un gel viteffort antioxydant avalé dans une montée, on passe dans une descente sur bitume, aucune technique, et arrivé en bas, des douleurs s'installent aux adducteurs et cuisses. Le ravitaillement sur la même place de la mairie que tout à l'heure, je reprends un peu de force, mais rien n'y fera. A la sortie je marche, prends le temps de manger le dernier saucisson, tout en admirant la campagne du Vexin, surtout que la luminosité est top! Avec des petits bancs de brouillards ici et là. Bref, ça monte, une fois sur le plateau, difficile de remettre en route, la machine s'est refroidi, mal au dos et aux jambes et un peu trop de repos certainement. Les prochains kilomètres seront pénibles, je me ferai énormément doublé... j'avale ce qu'il me reste au 20eme kilomètre, c'est à dire un gel boost. Je ne sais pas si ça aura été efficace, mais je reprends à courir 6'30-7km, c'est lent... très lent, surtout qu'on approche d'Hardricourt, ça descend et ça pique! Surtout que les bénévoles nous préviennent: "réservez vous pour les marches ! ". Avant d'y arriver, j'entends mon père mon doubler "bah alors t'es arrêté ? " ce à quoi je lui réponds que j'ai mal partout. Je prends cinquante mètres au pied des marches. Bizarrement, je n'ai pas mal aux jambes en montant, et reste pas trop loin de mon père et peux même appuyer un peu pour revenir à sa hauteur, dernier 500 mètres, photo dans le parc,
retour sur la route avec la dernière côte... pffiou! c'est dur cette fin, mais très encouragé, ceux déjà arriver, et j'ai même perçu un "allez Yoann!", peut-être de Sandra du blog "des étoiles dans mes baskets" (http://des-etoiles-dans-mes-baskets.blogspot.fr/
), croisé au trail des lavoirs et à Grez sur loing. Nous franchissons la ligne ensemble, mon père et moi en environ 2h45. Médaille en chocolat autour du cou, et direction le ravito final.

Résultat:
2h45min52s   544eme sur 626 classés

Bilan au départ négatif, déçu de mes 8 derniers kilomètres et de mon classement, puis en relativisant, je me dis que c'était au début un dossard "plaisir" et que le but était d'aller au bout car les entraînements n'étaient pas optimales.

Pour la suite, on va laisser passer les fêtes, et prochains rdv sûr en mars avec le championnat de France de duathlon à Meaux. Mais l'heure est au bilan annuel, sujet de mon prochain post.

Bilan 2016


Décembre est là,  la dernière course est passée. L'heure du bilan s'impose. Cette année j'aurai couru 11 courses (et un triathlon non chronométré) ; trois triathlons distance M, Enghein, Deauville et Jablines ; quatre trails, Monfort-l'Amaury (nocturne), Jouy en josas, Morainvillier et Hardricourt ; deux bike&run Poissy et Plaisir. En plus de ça il y a eu un urban trail (qui est vraiment différent du trail nature) et un duathlon (natation annulée et remplacée par de la course à pied )
Le bilan kilométrique est le suivant:
En natation, une durée de 10h47' pour 24km587
En vélo, une durée de 57h51' pour 1278km et 13785m de D+
Et en course à pied: 51h12 pour 510km et 6932m de D+
Il y a eu quelques déception comme à Deauville et à Hardricourt où je me suis senti en deçà de mon niveau. Mais également de bonnes surprises, du côté de l'urban trail d'Issy les Moulineaux, la course des flambeaux avec une belle place à l'arrivée, au triathlon d'Enghein avec une course à pied mémorable sous la douche, le bike&run de Poissy où on a bien géré alors que Laurent n'était pas entraîné.
Au niveau du progrès, c'est dans les 3 disciplines que ça ne bouge pas, la natation à Enghien et Deauville était vraiment nulle! En vélo je dirai plutôt moyen, mais il n'y a eu que 2 épreuves sur route. Et en course à pied, c'est sur les trails, après quinze kilomètres que ça pêche souvent. Je me suis entraîné pour passer les dix sur un triathlon, mais pas plus. Dorénavant, comme je conserve une licence triathlon pour l'année prochaine, je ferais des trails qui ne depasseront pas ces quinze kilomètres. Sinon cela me demandera trop d'entraînement spécifique et je ne monterai plus sur le vélo...

Pour 2017, je n'ai pas beaucoup de previsions.
Grâce au "black friday", j'ai pu bénéficier d'un dossard au triathlon de Chantilly à prix abordable. Donc en voilà un au programme, mais c'est fin août...
Les championnats de France de duathlon se dérouleront à Meaux, il y a des chances que j'y retourne! Et les France de triathlon (distance M), seront à Gray mi juillet, ce qui est tentant aussi...
Pour du proche, fin janvier début février peut être revenir sur du 10km route, et fin mars le bike&run de Poissy.
Voilà pour'le moment où j'en suis. 

Nutrition



Commande des produits énergisant reçue ! Au menu, ce qui marchait pour 2015-2016, donc de la boisson énergisante, des gels boosts et anti-oxydants, mais également des barres proteinées et des gato'sports plutôt pratique le matin.
La boisson énergisante, je l'utilise surtout lors des sorties vélo en entraînement, et aux triathlons. Toujours dans un bidon. Elle me permet d'avoir une bonne hydratation et un maintien de l'équilibre en hydromineral pendant l'effort.
Les gels servent essentiellement en course, mais testé environ 2 à 3 semaines avant déjà au cas où. Plutôt efficace avec le recul. La toute première utilisation est un peu spéciale, car pas l'habitude (voir triathlon Auxonne de septembre 2014), mais ensuite en buvant un peu d'eau les premières fois, ça passe. Aujourd'hui je pourrai même prendre un gel sans alterner avec des gorgées d'eau  (bon, seulement à la fin pour pas avoir la bouche pâteuse).
Les barres, seront utilisés pour toutes sorties longues, rando, trail, vélo, ou après la piscine. Pratique pour éviter le coup de faim, surtout lors d'efforts long (+2h).
Le gato'sport, bien pratique le matin avec un café avant une course. Rapide à réaliser, et facile à digérer  (mais jamais terminé ^^)
http://www.viteffort.com/catalog/index.php 

Run&bike Plaisir 8 octobre 2016

Run&Bike Plaisir
8 octobre 2016  15km


Contexte:
Après une première édition l'année dernière assez sympathique, nous voilà inscrit, Laurent et moi, pour la seconde édition et à nouveau la team YoLo!
Le parcours a un peu changé par rapport à l'année dernière, un peu rallongé. Alors on s'est organisé une petite sortie reconnaissance 2 semaines avant l'épreuve. Les chemins sont corrects, souvent larges, ce sera comme l'année dernière, mais en un peu plus long en fait, 15km contre 12. La seul difficulté est une côte qui ressemble à un mur, avec cailloux etc. Ce jour là le terrain était sec avec des portions légèrement humide, donc si il ne pleut pas, ce sera juste des runnings.

Jour J:
Arrivé sur les lieux 45 minutes avant la course, Je chausse mes chaussures, j'ai opté pour des runnings route, vu la faible pluie tombée des derniers jours, ce sera plutôt sec. Laurent a pu prendre mon dossard en avance. On se capte à proximité du futur briefing. Petit bémol, Laurent a oublié son casque et ma fille n'a pas son doudou... l'échauffement ne sera pas pour tout de suite. Une fois le tout réglé, petit échauffement quand même, histoire de ne plus avoir froid en fait, car on est vite rattrapé par le briefing. Bon... en fait on fait comme d'hab, on ne l'écoute pas trop lol. Un petit mot de David Douillet aussi, le député. Le départ est proche, faut aller se positionner. J'essaye de me placer assez proche pour partir très vite et éviter les embouteillages du début vélo. Attente... puis des étourdis arrive pour échanger la puce avec celui qui cours... une fois rentré dans l'ordre, le départ se précise. Compte à rebours, et départ donner lorsque M. Le député a baisser son bras à "zéro"

La course:
Départ rapide,très rapide, peut être trop, on verra plus tard comment je serais, sirtout après la côte. Ce qui est marrant, c'est qu'on avait même pas pensé avec Laurent que les organisateurs aient changé de sens dans le parc... bref, je ne sais même pas où nous attendent les vélos et je cours à fond. Tour autour du chateau, et les vélos sont là, enfin! Il y en a beaucoup, preuve qu'on est très bien placé. Par contre je suis déjà rincé, et les 4 vélos devant moi montent ensemble aligné et donc me coupe mon allure et je dois relancer. On s'échangera le vélo après le virage, pour la montée. Jsuis naze et je perds du terrain... heureusement Laurent gère bien et je reviendrai vers lui dans la descente où j'ai un peu de mal avec son vélo... C'est parti pour la sortie du parc, et on se dirige vers la montée. Traversée du chantier et on arrive au pied du mur, j'essaye de monter avec le vélo au mieux, mais c'est vraiment trop raide, alors pied à terre, on pousse le vélo à 2 et on monte en marchant. En haut j'annonce, je suis mort... sans doute à cause de mon départ canon. Je vais faire un peu de bicyclette pour faire tomber un peu le cardio. Une fois que ça va un peu mieux je descend pour me degourdir les jambes, puis au fur et à mesure, comme le terrain est lisse, pas étroit, on prend un rythme. Je prends un premier gel assez rapidement, et surtout qui me permettra de récupérer encore un peu. On gardera un certain rythme, jusqu'à notre point de repère, le chemin avec un dévers sur la gauche, qui annonce l'approche du mur, pour la descente cette fois et le retour vers le parc du château. À partir de là on haussera un peu le rythme, sans doute parce qu'il y a moins de monde, mais aussi parce que les bénévoles nous annonces un bon groupe juste devant nous... ça motive! Un petit gel aussi vit'effort anti crampe (j'avais un boost aussi, mais dans la même poche, j'ai pris le premier qui venait ). Laurent est cuit aussi, je lui repasse le vélo bien avant la descente. Dernière nous, à 100 mètres à peu près d'autres concurrents, devant pas grand monde... obligé d'attaquer dans la descente, cool! C'est ce que je préfère ! Je demande à Laurent de passer devant, et je lâche les freins! Je dévalle à grandes enjambées tout en espérant lâcher les gars derrière. Au niveau du chantier on s'échange le vélo. Coup d'oeil derrière, ils s'accrochent... mais je me sens en forme, je pourrais sprinter, j'ai les jambes! Juste avant de rentrer dans le parc et un nouvel échange, je cours et fais tomber mon gel... MER*E!!! Demi tour, je récupère le gel et rejoins Laurent. Cette manœuvre aura fait recoller les gars derrière nous, et donc sûrement sur leurs motivations... Dans le parc, on est à fond, je ne regarde plus derrière, Laurent m'annonce qu'il est cuit, faut que je sprint en plusieurs fois alors, je repars et allonge la foulée, genre un fractionné. On fonce! Après un nouvel échange et dans la dernière ligne droite, je vois des concurrents devant! Si je fais le sprint de ma vie, il y a peut être moyen ! Je donne tout, même pas de regard sur le public et nos supportrices, mais trop loin, j’échouerai à juste 10 mètres.

Résultat :
1h12min06s pour 15km soit 12,48km/h ou 4min48s au kilomètre
54 sur 128 au scratch
31 sur 48 équipes Homme

Plutôt content, ça nous place dans la première partie du tableau. La course s'est très bien passée, le plaisir était là!

Triathlon cross Jablines 2016

Triathlon Cross de Jablines-Annet

Distance M (1km/22km/8km)


Contexte:
Après une première partie de saison, je n'avais aucun objectif pour la rentrée.  Une cyclo? Un trail? Ou un triathlon? Ce sera la troisième option que j'ai retenu. Mais lequel? La Baule? Ça fait loin pour un week-end et en plus ça roule en peloton. Je choisis Jablines pour plusieurs raison:
Épreuve du championnat idf, pas très loin et une nuit chez les beaux parents la veille nous rapprochera, un cross donc vtt et plusieurs boucles à réaliser, intéressant pour les accompagnateurs. L'entraînement pendant les vacances fut surtout en mode plaisir et découverte. Le problème est surtout la natation, pas nagé depuis juin... la piscine habituelle étant  fermée au moment où jetais le plus motivé, c'est  seulement 10 jours avant l'épreuve que j'ai nagé 1200m dans de mauvaises conditions (lunettes embuées ou qui prennent l'eau et du monde).

Veille de course:
Préparation des affaires le matin après l'activité bébé nageur, puis direction les beaux parents pour nous rapprocher. Check de la météo, je commence à stresser, pluie au programme, pas cool pour les accompagnateurs et le pique-nique de prévu d'après course... Mais à priori seulement pour l'après midi. Pas d'excès niveau repas, couché 23h, donc de quoi être en forme le lendemain.

Jour J:
Premier reveil à 6h15 suite à un petit pleur de ma fille qui dort dans la même chambre. Levé 7h, café et gato'sport, j'en avale un quart d'abord et prévois le reste pour jusqu'au départ. Préparation d'un sac d'hydratation  (pas de ravito avant la cap) et d'un bidon. Bisous à ma femme et ma fille et direction la base de loisir de Jablines. Le stress est présent, peur de pas arriver à nager, peur d'un refus de mon vélo  (ancien, freins plus que limite et pneus lisses), donc c'est une petite boule au ventre que j'arriverai sur le parking. Pour se garer c'est facile, le parking est grand! Direction de suite le retrait des dossards. Je m'aperçois qu'il y a beaucoup de beau vtt, et pas beaucoup de vieux coucou comme le miens... j'hériterai du dossard 9, la classe! Hop on retourne à la voiture, changement et installation rapide. Je vérifie de ne rien oublier car pas de retour en arrière. Installation dans me parc à vélo, c'est un terrain de foot, synthetique mais ancien avec un peu de sable. Le poteau pour accrocher le vélo est original mais bien fait! Première fois que j'en vois des comme ça. Je prépare mes petites affaires, vérifie que tout est ok en faisant le film des transitions, et je pose mon sac à la consigne. J'enfile le bas de la combi briefing (court concis et compréhensif)... et une envie d'aller au toilette. Je me dis que j'irai ensuite, mais finalement j'irai direct à la plage. Petite baignade pour gouter l'eau, elle est bonne et claire ! Enfin!! Retour vers la plage et boum! Face à face avec un gars. Un peu secoué tout les deux, mais on repart chacun. Je m'installe au bord, les jambes dans l'eau et guette si ma petite famille est arrivée. Toujours pas. Je commence à trembler, bizarre, froid? Stress? La boule au ventre n'est pas partie, je n'y avais pas prêter tant d'attention que ça mais là c'est bel et bien présent. Je me place dans le sas de départ, plutôt côté droit, ni trop devant, ni trop derrière. D'abord les hommes qui s'élancent puis cinq minutes après les femmes et les relais. Un mec me fera quand même remarquer mes lunette à l'envers  (oui oui, ça appuyait sur mon nez). Remise en place, et 30s après le signal de départ ! 

Départ natation, suivre la flèche rouge
Natation:
Départ sur le côté droit donc pour éviter la bousculade, je m'en sors pas trop mal, et peux même crawler! Ça me change de Deauville et Enghein! Je nage à mon rythme et j'évite de trop forcer vu le faible entraînement dans ce domaine. L'option de me caler à droite était pas mal, la première bouée étant à notre gauche et à 200m environ, j'ai préféré prendre large. D'ailleurs j'ai été étonné d'y arriver aussi rapidement. Ca se tasse, quelques mouvements de brasse pour bien voir où on va et c'est reparti. Je nage pas mal dans les pieds aussi, ça me permet de lever la tête un minimum. Les conditions sont idéales, j'ai l'impression que je m'en sors pas trop mal. L'autre bouée est un peu plus loin, mais le soleil commence à se cacher, et l'eau s'assombrit... Je ne sais pas pourquoi mais ça mangoisse. J'essaye de ne pas y penser et me concentre sur la nage. Et ça y est, plus qu'à virer à gauche encore, un peu moins de bousculade mais toujours un peu de monde et zou, direction la plage. Cette première boucle se termine et je suis content de moi. Un oeil derrière mais je vois pas bien où je me situe. Il faut replonger, encore 400 mètres à nager. Cette fois ça ne m'a rien fait cette sortie (contrairement à Deauville ), du coup je prends presque du plaisir à nager. Mais à nouveau de l'ombre, et une eau sombre, me font brasser un peu. Le passage aux bouées se fait calmement, et je peux même prendre au plus court sur la dernière. La ligne droite du retour me paraitra la partie la plus difficile... mais enfin mes mains touchent le fond et je peux me redresser! Je marche un peu d'abord, puis trottine sur le tapis. Surprise, ma femme, ma fille et ma belle mère sont là ! Le Parc à vélo n'est pas à côté, et il me faudra marcher un peu pour pouvoir enlever ma combi.

T1:
Entrée dans le parc, je retrouve mes affaires facilement. J'enlève ma combi avec une aisance que je n'avais pas connu encore. Chaussettes, hop hop sans problème, chaussures nikel. Casque et sac d'hydratation. Pas de gel, mon ventre n'est pas prêt encore, juste une gorgée de boisson iso qui reste à lemplacement. J'attrape le bike et zou on sort.


Velo:
Grimpette après la ligne sans soucis avec ce vélo. J'entends que la première féminine part aussi, effectivement, juste devant moi. Elle m'aura collé cinq minutes en natation+transition. Je reste collé d'abord. Puis sur une portion roulante et un peu bitumé je passe devant et essaye de la faire rouler fort un peu. Elle restera bien dans ma roue, mais une fois sur l'herbe je m'écarte et lève le pied, je ne la reverrai plus. La boule au ventre est toujours là et je me retrouve à avoir comme des crampes, je ne pourrais pas forcer plus... Le parcours est sympa, pas très technique, les dépassements sont souvent possible même sans prendre de risque, d'ailleurs, je ne double pas beaucoup, mais me fait doubler un paquet de fois... là je sais que j'ai 2 options, pied à terre à la fin du premier tour, ou continuer, montrer à la famille qu'on ne lache pas, quitte à être très très lent. La décision se fera d'elle même au demi tour, je réattaque un nouveau tour et compte au moins posé le vélo. Grâce à quelques depassement, le moral n'est pas entièrement au plus bas. Ce tour se fera sans vraiment forcer, mais pas non plus comme une balade, j'essaye surtout de limiter les douleurs au ventre qui ne veulent pas partir.


On approche de la fin, un concurrent se trompe devant moi et prend à droite tête baissé à vive allure, tant pis pour lui, c'était visible (rubalise en face), et on était déjà passé une fois. On approche du parc à vélo, on saute avant la ligne.






 T2:
Gros point d'interrogation à ce moment de course. Comment mon corp va réagir? À priorien trottinant jusqu'à mon emplacement ça va. Accrochage du vélo, pose du casque, lunette et sac. Gorgée de boisson iso, vu le peu que j'ai bu... et je prends la direction de la sortie. J'entendais à ce moment là le deuxième de la course au micro, il devait en avoir terminer juste avant. 


Cap:
Les premières foulées se passent bien, je ressent toujours la douleur, mais arrive à gérer. Je vois la petite famille, du coup je prends le temps d'un petit bisous à ma femme et à ma fille aussi. J'explique mon mal de ventre et repars, ce qui fera pleuré ma fille car elle ne comprend pas encore. Je n'avance pas, dix à l'heure grand max. Premier ravitaillement, je ne prends rien. C'est parti pour 3 tours. Les deux premiers seront assez similaires, lent, en gestion et mode "finisher", avec toujours dans ma tête l'idée que de toute façon je vais craquer et finir en marchant... dernier tour, ravitaillement, coca et eau comme au 2eme tour, et juste après, la douleur au ventre commence à partir. Ça tombe bien, je commençais à tester ma vitesse en accélérant doucement. Au milieu de la boucle je ne ressens plus de douleur, un peu la fatigue quand même, et peux accélérer. Le plaisir revient, bien qu'il n'était jamais loin malgré tout, et je dépasse un paquet de monde, c'est euphorisant! Bifurcation vers la ligne d'arrivée, le gars de devant à accéléré aussi et est trop loin. Passage de la ligne d'arrivée. Petite tape et petits mots de l'organisateur présent, ça fera plaisir.

Ravitaillement final express, coca et gateau, j'ai toujours du mal à avaler quelque chose... donc j'irai rejoindre rapidement ma petite famille.

Bilan:
2h19min36s  239eme/305
Nat + course jusqu'au parc: 27'25"
T1: 2'44"
Vélo (22,8km): 1h05'19"
T2: 1'14"
Cap (7,2km): 42'54"

Swim&Bike&Run

Swim, Bike&Run Guyancourt

Distance: 400m en piscine de 25m et 10km en Bike&run

J'ai pu motiver un collègue de s'inscrire. On a eu l'occasion de s’entraîner une fois ensemble en trail, mais jamais en bike&run.
Mon objectif était de faire un peu de fractionner tout en faisant un peu de vélo et de trail, de découvrir le bike&run et surtout de rigoler un peu!
Pas de bol, la veille de la course je regarde la météo, et c'est pas fameux... 
Bref, je vais encore avoir du mal à me décider sur ma tenue 
Rdv prit pour 13h, on se retrouve facilement sur le parking. Je vais signer "la feuille de présence", puis retour aux voitures pour se changer et ensuite se rendre à la piscine (500m du parking).
Le parc à vélo est situé derrière la piscine, mais le sol fait "flotch flotch" :...:

Breifing, dans cette petite piscine de 25m, explication du déroulement, pas de culbute, passage vélo de main à main, etc etc

Départ par vague, à partir du dossard 1... Nous sommes le 97... On patiente :sleep:
Enfin notre tour, on se met assis sur le bord. Compte à rebour et...

Top départ !
[u]Natation:[/u]
plouf, et bim... le genoux gauche qui tape le fond (pas profonde cette piscine!)... du coup j'ai mis un peu de temps avant de me pousser contre le mur et passe donc derrière mon collègue. Je reste dans ces pieds pour les premières longueurs, et on se retrouve assez vite que tout les deux, donc je repasse devant et suis mon rythme. On en termine, je pense en dix minutes (oubli de déclencher le simple chronomètre)
je sors donc en premier, me sèche rapidement, et attends mon collègue pas trop longtemps, on se dirige au parc, et là c'est le changement de tenue, on met un peu de temps, d'ailleurs nous ne sommes pas sortis les derniers de la piscine... on s'est fait doubler lors de notre looonnnggguuue transition. chaussettes, manchons etc etc... c'est long à mettre...

bref, j'en viens à bout!
[u]Bike&run:[/u]
Je commence en vélo, j'en profite pour boire un peu. mais on entame une descente, du coup je préfère descendre et cavaler, j'ai des fourmis, faut que je cours! Donc je prends une allure assez rapide en pensant au moins apercevoir les concurrents partis juste avant nous... En vain... Je comprends que ce sera alors une course contre la montre... dés que ça monte je fais le coureur, sinon sur le plat je reste souvent en vélo. Lorsqu'on voit quelques signaleurs, souvent leur question c'est: "est-ce qu'il en reste derrière vous?" ... Euh... 

Bref, on arrive sur la fin de parcours et des jeunes (départ juste après nous et course raccourcie) nous passe devant... Et elle cours vite la petite!! J'ai eu du mal à suivre. Sur les cinq cents derniers mètres je donne tout, mais j'ai vraiment pas l'impression d'avancer. En plus de ça, on passe sur le parking et on voit tout le monde en train de remballer... Puis le terrain pour franchir la ligne d'arrivée.
Temps total: 1h04'21s
80e équipe sur 92

Ce que je retiens:
-Trop longue transition pour le peu de distance à faire ensuite
-Bien aimé les passages un peu technique en cap
-Piscine pas assez profonde... Mon genoux porte encore la trace...
-Dommage de partir avec les meilleurs, pas vu beaucoup de monde sur la course

Duathlon de Meaux 2015




J'avais une revanche à prendre avec cette épreuve, c'était peut-être ma première dans le triple effort, mais j'étais dégoûter de mettre cramé dés le début! Et puis c'est une belle épreuve pour lancer la saison!



Arrivé sur place sur le coup de midi, je trouve une place, et pars chercher mon dossard. Sympa de retirer son dossard en même temps que Julie Le Colleter Rolling Eyes 
Retour à la voiture, j'installe tout ça, et en route pour le PAV. Une fois dans le PAV, aucune idée d'où je dois me mettre... je cherche un peu mais comprend pas trop leur logique... je prends la file du milieu, et m'aperçois qu'on est placé tout au bout. Enfin! Emplacement 327 (entre les étiquettes 328 et 326... j'ai perdu le réflex du placement dans le parc). Pierrick me fera comprendre que je me suis placé à l'envers, j'aurai dû être coté impair... Rolling Eyes 
Mikaël vient me saluer suivi par son frère Romain. Juste le temps de causer un peu, et je retourne voir ma belle, pour retourner à la voiture, car forcément, j'avais oublier quelque chose :...: 

On attend les gars du club pour une photo tous ensemble, je vois Pierrick et Damien, puis Mikael et Romain. On en profite pour faire une photo club, mais les frangins n'ont pas du comprendre et sont partis s'installer au départ... (pas grave, on en aura eu une à la fin quand même)


CAP1: 6,6km
Coup de feu, à peine audible qui résonne et c'est parti ! Ma position de départ me permet de partir en gestion, comme je le voulais. Mais bon, sur les cinq cents premiers mètres, je suis à une allure de 4'30/km, ce qui est un peu rapide pour moi, une fois sur le sentier, je commence à faire attention. Au virage pour rejoindre la route, coup d’œil derrière, Romain n'est pas loin, environ cinquante mètres. Au début de la côte, j'aurai la chance de (re)voir les premières féminines, dont Julie LC et sa foulée de gazelle! I love you  elle cours sur la pointe des pieds!! Bref, on continue le long du canal, puis déscente en mode trail... retour sur le sentier. Passage sous l'arche, premier tour effectué en 17min, pour 3,3km. Mais je calcul pas, je suis toujours en gestion, je me calle sur un 5' - 5'10 au kilo où je sais que je peux tenir. Deuxième tour, je me trouve un copain, on court un peu ensemble, puis il n'arrive plus à suivre, tampis :peutetre: , je le largue dans la descente que je passe un poil plus rapide cette fois. Direction le PAV ! Je coupe ma montre le long du parc, juste avant de rentrer, 35'15" pour 6,6km


Vélo: 26km
J'attrape lunette, casque, tourne mon dossard et c'est déjà parti ! La terre est molle dans le parc, pas agréable à courir, j'approche de la ligne, vois deux gars à l'arrêt en train de mettre leur cale... Suspect   je passe à côté et saute sur le vélo sans m'arrêter! hop, deux places de gagné! king  je place mes chaussures aisément, et commence à boire un peu et en profite pour souffler aussi, car je le sais, la côte qui nous attend est redoutable si on ne s'y attend pas! J'en ai d'ailleurs oublié de commencer l’activité sur ma montre. Je l'ai monté sans trop de problème, sans me faire doubler en plus! Une fois tout en haut, le vent! silent  là plus le choix, et de toute façon pas de quoi paniquer, on l'a tous donc autant faire le maximum pour l'avoir le moins possible contre nous, donc je me mets sur les prolongateurs. Passe le rond point, et vois une "fusée" me dépassé... Une féminine... Là je me dis, voilà le poisson pilote parfait, si elle peut rouler comme ça, moi aussi ! Et c'est parti pour une petite balade ensemble, je la repasse lors d'une cuvette, où j'ai pris une bonne position et perdu un minimum de vitesse avant de remonter sur le pont. On double comme ça plusieurs concurrents! On arrive ensemble au niveau du cimetière de machintruc pour le passage sur la route étroite, elle est devant, ce qui me permet de gérer la descente en fonction d'elle (les trajectoires et le freinage), on redouble ensuite d'autre concurrents en bas sur le replat, puis virage à droite et ça remonte, avec parfois un peu de vent, là par contre je ne suis plus... je me retrouve dans un groupe de 4-5, on monte à peu près tous ensemble, même si j'arrive en premier au stop là haut, j'en profite un peu pour souffler encore un peu, car je sais que c'est là où on pourra le plus, donc je laisse passer quelques gars, pour boire tranquillement. La descente en ligne droite se profile, j'attaque, et descend à la "Kienle", posé sur les prolongateurs à l'avant (ça fait un peu flipper quand même mais qu'est-ce que c'est bon!! Twisted Evil )et au niveau de l'épingle, je retrouve ma fusée... pas de chance, ça remonte ensuite, et elle repart... le groupe derrière revient sur moi et on monte ensuite encore ensemble, là je commence à avoir les jambes qui piquent un peu, et ressent un peu de fatigue, On arrive au pont au dessus des voies du train, donc il reste la cuvette du dernier village à passer, la descente est douce, donc faut encore appuyer, l'entrée dans le village avec leurs bandes rugueuses est bien casse gueule quand on est sur les prolongateurs... mais une fois dans le village, sans vent, c'est plus agréable, puis on remonte, je me retrouve seul cette fois, plus grand monde derrière et ma fusée est partie... virage à gauche, retour sur la route principale, c'est la fin, je bois rapidement, et envoie ce qu'il reste pour me reposer sur la descente à la fin. Avant la descente, je double encore un gars suivi par une moto, puis j'en suis un autre dans la descente, et je lui fais l'intérieur au virage du pont avant de relancer, et je gère bien le virage suivant (où je mettais fais une frayeur l'an dernier), passage en forêt, retour sur Meaux, je mouline et essaye de détendre les jambes et boire encore, la descente de vélo va faire mal... Aie oui, j'ai des bâtons à la place des jambes... Bon, on trotinne gentiment jusqu'à ma place, pose vélo et casque et repars. 26km bouclé en 58'37"

CAP2: 2,5km
je trottine d'abord gentiment, puis j'accélère progressivement, et dés la sortie du parc... grosses crampes d'abord à la droite puis à gauche... bref un calvaire! J'essais de courir jambes tendu sur les talons pour étiré tout ça, mais ça calme un peu sans les enlever tout de suite. A ma montre je suis à un peu moins de 6'/km... c'est pas terrible, d'ailleurs je me fais doubler, une féminine, puis une deuxième qui l'a talonne, et reconnait ma fusée... je l'ai doublé à T2 sans la voir! Au demi tour, je vois un gars juste devant, il est dans le dur ça se voit, je me rapproche doucement, derrière, le gars à l'air bien donc faut que je m'accroche. Les crampes sont passé, je vais bien mieux! Ma chérie qui m'encourage, avec en prime une petite tape sur les fesses, puis ceux de Pierrick et Damien, déjà arriver (mais sans la tape sur les fesses hein!)
Je rejoins le concurrent de devant à l'autre demi tour, reste un peu avec lui, puis je me dis qu'il ne reste plus grand chose, donc accélère lentement mais surement, surtout que je vois que l'écart avec celui de derrière n'a pas augmenter. et arrive sur la ligne seul, fier de la course et du temps final réalisé!
2,5km en 13'39"


Bref, course totale réalisé en 1h47'32" et classé 214e sur 267 arrivants.
Je gagne 10min par rapport à l'an dernier, sachant qu'en plus il y avait 3km de vélo en plus!

Il y a du progrés! Mais je pense que mon nouveau vélo m'a bien aidé!!